Reconquérir Noël

15-12-20-14

pix by me – décembre 2015

Si vous mes lisez depuis quelques temps, vous savez que Noël et moi, c’est compliqué. Si vous n’êtes que de passage, vous le comprendrez. Une histoire d’éducation, de modèle familial, de déceptions aussi sans doute.

Une des difficultés qui perdurent réside dans les contraintes qui entourent les Fêtes. Je ne peux pas passer Noël avec qui je voudrais vraiment et comme j’aimerais vraiment. Parce que si je m’écoutais, il serait à peine question de réunions de famille et la plupart des scénarios implique une grande pièce à vivre et un feu de cheminé. En réalité, on doit combiner les impératifs de nos deux familles, les incompatibilités, le chantage affectif et nos envies les plus réalistes. Mais plus ça va et plus j’attends la fin décembre comme une condamnée. Certaines années, je suis même de plus en plus sombre au fur et à mesure que l’Avent se déroule.

Or je suis adulte et il est grand temps que je reconquière les Fêtes de fin d’année.

Je n’ai pas la recette. Je ne sais pas comment on fait pour s’enthousiasmer avec un vrai fond de sincérité au simple déroulement du calendrier. Je ne sais encore moins comment lutter contre sa propre histoire et construire quelque chose d’enfantin. Je sais juste que ça me manque. Je sais aussi que je me rends compte de la part que je dois à mes parents dans tout ça et que je ne veux pas léguer ceci à mon fils.

Alors j’essaie de suivre mon instinct. Et mon instinct me dit que Noël rime avec cadeaux. Je sais que si je me laisse faire, je serais une nouvelle fois déçue. Je vais me le défendre, me promettre de rien attendre, mais malgré moi, je finirai par regarder ce que j’ai reçu, je me demanderai si ces gens censés être mes proches me connaissent vraiment, hormis Celuiquim’accompagne. Je regarderai aussi ce que j’ai offert et j’y verrai plusieurs cadeaux mal inspirés, tombés dans la facilité impersonnelle, faute de vraies idées… ou de budget.

Ça fait plusieurs années que je rame pour trouver des idées cadeaux pour certaines personnes à qui il serait mal vu que je n’adresse rien tout en ayant la tête qui fourmille d’inspiration pour d’autres auxquelles je n’offre rien faute de moyens, puis parce qu’elles ne sont pas forcément proches, et aussi parce que si j’offre quelque chose à tel/le, comment le prendra tel/le ou alors suis-je obligée des deux, ou trois ou dix…

J’ai donc décidé que cette année, j’arrête de me frustrée systématiquement. Bien sûr, je ne craque pas sur l’idée sensationnelle à 200 euros parce que sinon, je vais pleurer des larmes de sang sur le budget familial début janvier. Mais je vais offrir des cadeaux à des personnes à qui je ne suis pas obligée d’offrir quelque chose. Juste parce que j’ai trouvé quelque chose qui me plait pour elles. Et parce que ça me fait plaisir de leur offrir. Et parce qu’il y a des gens pour qui j’ai envie d’avoir un geste, là, en ce moment. Comme ça. Et je n’attendrai sincèrement rien en retour.

Voilà. Cette année, pour Noël, je m’offre l’autorisation d’offrir.

Et c’est tellement esprit de Noël que je suis à deux doigts de regarder Love Actually.