Ce 14 mai

Aujourd’hui, j’ai pris une photo de Popcorn qui mange du popcorn.

J’ai préparé avec Peanuts un gâteau d’anniversaire en express et on fait une bonne vraie équipe.

J’ai fait une séance de yoga.

J’ai pris une douche sans que personne ne vienne ouvrir la porte de ma salle de bain pour me demander un truc.

J’ai piqué-niqué sur mon balcon avec Peanuts et une chauve-souris. (En peluche).

J’ai dessiné une idée qui me faisait rire.

J’ai pris le thé avec des amies. A très grande distance.

J’ai rigolé avec le bébé.

J’ai fait des tas de bisous.

13 mai. Aujourd’hui la toute première question qu’on va vous poser

« Comment vont les enfants ? » Les petits, les garçons, tes loulous…

Je suis allé au collège. Ce n’est pas encore ouvert aux élèves mais les agents sont là. Trois personnes croisées. Trois fois cette question. Suivie de « Tu les remets à l’école, toi ? »

Ne me lâche pas cette sensation de vivre dans un mauvais bouquin de science fiction.

100 mot de la page 100 de…

Sirius de Stephane Servant, édité dans la collection Épik du Rouergue en 2017

(la magnifique 1ere de couverture d’Olivier Douzou pour le graphisme, avec une illustration de Patrick Connan)

« … des lambeaux de cauchemars encore accrochés sous les yeux. Et en pleine nuit, elle ne parvenait plus à distinguer les cauchemars de ses souvenirs et elle se demandait parfois si ce n’était pas la même chose.

La présence du porcelet l’obsédait. Alors Avril regardait les bois et elle se mettait à imaginer des dizaines de porcelets rassemblés autour de leur mère,une portée toute entière, et dans son imagination, c’était un beau spectacle, une scène incroyable. Puis rapidement, dans son esprit épuisé, ces cochons se transformaient. Ils devenaient rôtis, saucisses, jarrets. Elle ne cessait de penser à… « 

9 mai, aujourd’hui ventre

Je regarde ce bébé aux joues barbouillées et il me sourit. Il est tellement lui, plein, entier, avec ses traits, ses expressions, son caractère. Petite personne hautes en manifestations. J’ai encore cent fois par jour ces élans, je veux le serrer, le manger, l’étouffer de bisous. Il rouspète et tend la main. Il ne signe plus, jamais, et c’est dommage. Il a ce cri depuis quelques jours que j’entends comme « #FRUSTRATION » À table, ça lui arrive. Plus souvent en jouant. Il n’arrive pas, ça ne tourne pas, ne roule pas, ne s’emboîte pas, ne tombe pas, ou tombe trop, ne s’éloigne pas ou s’éloigne trop, ne se démonte pas ou se démonte trop. Il a son petit carafon. Et en attendant, le dessert ne lui convient pas.

Cette petite personne qui a poussé dans mon ventre. Je n’en reviendrai jamais, je crois.

Ce n’est rien

On marche dans la rue. On va faire une démarche administrative. On en profite pour s’aérer tous les quatre. Devant nous, un petit garçon tombe, il se fait mal, rien de grave mais les larmes sortent. Il est plus petit que Peanuts, plus grand que Popcorn. Sa mère le console. Elle lui parle avec une voix douce. Elle lui dit…

… »Là, là, c’est rien »

Ces mots, ils me venaient les tout premier temps, avec Peanuts. Je suppose que je les avais beaucoup entendu. Je les ai rapidement abandonné. Je dis…

Ça va aller

Je comprends

Oh oui là ça fait mal

Ça va passer

Parce que pour cet enfant, là, en larme, ce n’est pas rien. Il a mal, il a peut-être eu peur, il a besoin d’être rassuré. Ce n’est pas rien.

On dépasse l’enfant et sa mère. Peanuts les regarde. Puis il me dit « Il pleure, maman.

– Oui, il s’est fait mal.

– Parce qu’il est tombé. Moi aussi des fois je tombe et je me fais mal alors tu me fais un câlin. « 

Non, ce n’est pas rien.

Recette

Découverte du confinement (Google, donne nous une recette de gâteau sans sucre dans lequel je peux mettre mes fruits qui s’abîment !), trouvée je ne sais plus sur quel site (bouh, elle cite pas ses sources !) et pas mal personnalisée.

Ingrédients :

1 yaourt, 1 pot de farine, 1/2 pot d’amande en poudre, 1 œuf, 100g de compote, 1 banane (très mûre, c’est meilleur, comme pour le banana bread), 3 pommes au moins, de la cannelle, de la fleur d’oranger (si on aime. Nous on aime) , 1/2 sachet de levure.

1/ Écraser la banane.

2/ Ajoutez la compote. Mélangez. Ajoutez le yaourt. Mélangez. Ajoutez l’œuf. Mélangez. Ajoutez la cannelle et la fleur d’oranger (quantité selon les goûts)

3/ À part : mélangez la farine, l’amande et la levure.

4/ Versez le mélange 3 dans le 2 et mélangez

5/ Mettez votre four à préchauffer à 180°

6/ Épluchez vos pommes et coupez les en tenaces.

7/ Beurrez un moule à cake. Versez une partie de la pâtes, disposez des tranches de pommes sur toute la surface. Recouvrez de pâte. Puis recouvrez de pomme. Puis de pâtes… Jusqu’à ce que vous n’ayez plus de pâte et plus de pomme.

8/ Enfournez 40/45 minutes.

Roooh, je n’ai pas de photos pour illustrer cet article. On va devoir en refaire un ! Pas dommage ;-)