16 février. Aujourd’hui liste à faire demain sans faute

Des câlins plein, rire au moins une fois, des cookies à quelque chose mais on n’a pas encore décidé quoi, fermer les yeux, se laver les cheveux sous une douche brûlante, les courses (en ligne), les comptes (barbant), répondre à un mail doux, chercher où sont passé les tétines parce que bon sang il ne les mange pas tout de même !, aimer, la sieste, manger du chocolat.

6 décembre. Aujourd’hui un secret

Je ne sais pas où je vais.

Car s’il y a un an jour pour jour on m’avait dit que 365 jours plus tard on vivrait bien installé dans un mauvais roman d’anticipation – ou pire, son préquel – je n’y aurais pas cru.

Car ma vie professionnelle m’apporte beaucoup mais me donne la sensation de foncer, à moyen terme, dans un mur.

Car ma vie personnelle est fait de tellement de choses que je ne veux pas entériner.

Alors voilà, derrière mes dehors de stabilité et de constance, en vrai, je ne sais pas où je vais.

1 décembre. Aujourd’hui en retard

Je m’étais commandé un calendrier de l’avent. Je ne crois pas en avoir jamais eu. Ce n’est pas le genre de chose dont s’embarrassaient mes parents et moi, ensuite, je n’en ai pas pris l’habitude. J’en ai créé pour Peanuts, plusieurs fois. Cette année, je me suis dit que je méritais de m’offrir quelque chose. Alors quand j’ai vu passer sur ma TL un calendrier Totoro, je l’ai commandé, sans trop chercher à réfléchir.

Il n’est pas arrivé…

13 novembre. Aujourd’hui pas de place pour

Moi.

Je suis fatiguée comme je ne l’ai pas été depuis un moment.

Je n’ai pas réussi à faire une vraie séance de yoga. J’ai mal tenu mon régime toute la semaine. Je crois même que pour la première fois depuis août, je vais sans doute voir le chiffre repartir dans le mauvais sens quand je me pèserai. Je n’arrive pas à lire sans piquer du nez au bout de quelques pages.

Je me sens tellement usée.

8 novembre. Aujourd’hui ça a l’air vieux mais

Moi.

Mon écharpe doudou.

Les habitudes quand un tout petit à le nez qui coule et de la fièvre.

Le gras incrusté profondément dans mes cuisses.

Notre rythme de vie dans un dimanche confiné.

« Je suis ton père »

Les longs soupirs qui soulèvent la poitrine très haut.

Jouer à coucou-caché pour faire rire le plus-si-bébé.

La routine du ménage.

Et tout l’toutim.