100 mots de la page 100 de…

Comme des images de Clémentine Beauvais (Éditions Sarbacane, 2014. Pagination de ma liseuse)

« … roule. On vient d’aller déjeuner, là.

– Elle est avec toi ? Tu peux me la passer ?
– Non, elle… ne veut pas vous parler. Enfin, pas tout de suite. Écoutez, elle va bien, elle doit rester au lycée tout aujourd’hui parce que c’est le seul moyen qu’elle surmonte cette épreuve psychologiquement, enfin, c’est ce qu’a dit l’infirmière. Bref, donc voilà. Voili voilou. C’est tout.
– Comment ça, « c’est tout » ? Mais elle est dans quel état ?
– Oh, normal. Enfin non, pas normal, mais ça va. Elle prend très bien la chose. Vous savez comme elle est… »

100 mots de la page 100 de…

Arsène Lupin : l’Aiguille Creuse de Maurice Leblanc (texte de 1964, édition. Le livre de poche jeunesse, 2002, pour mon exemplaire).

« … tenir au cours de ses opérations. M. Filleul écrivait, son greffier assis en face de lui. Sur un signe, le greffier sortit, et le juste s’écria :

 » Mais qu’avez-vous donc, monsieur Bautrelet ? Vos mains sont en sang.

– Ce n’est rien, ce n’est rien, dit le jeune homme… une simple chute provoquée par cette corde qu’on a tendue devant ma bicyclette. Je vous prierai seulement de remarquer que ladite corde provient du château. Il n’y a pas plus de vingt minutes qu’elle servait à sécher du linge auprès de la buanderie.

– Est-ce possible. »

Citation

« Les horaires de la vie devraient prévoir un moment, un moment précis de la journée, où l’on pourrait s’apitoyer sur son sort. Un moment spécifique. Un moment qui ne soit occupé ni par le boulot, ni par la bouffe, ni par la digestion, un moment parfaitement libre, une plage déserte où l’on pourrait mesurer pénard l’étendue du désastre. Ces mesures dans l’œil, la journée serait meilleure, l’illusion bannie, le paysage clairement balisé. Mais à penser à notre malheur entre deux coups de fourchette, l’horizon bouché par l’imminente reprise du boulot, on se gourre, on évalue mal, on s’imagine plus mal barré qu’on ne l’est. Quelques fois même, on se suppose heureux ! »

PENNAC, Daniel. Au bonheur des ogres. Gallimard, « Folio », 1985. p. 258

Quelques mots de…

Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough de Rébecca Dautremer (Sarbacane, 2018)

« Alors Beatrix Gainsborough lui faisait remarquer : « Just à world of pain, Sweety !  »

Et comme Jacominus n’y comprenait rien, elle ajoutait : « Celui qui n’a pas ce qu’il aime, doit aimer ce qu’il a ! »

C’était une grand-mère bilingue, loquace et philosophe. »

100 mots de la page 100…

… du Lion de Joseph Kessel (éditions gallimard jeunesse, collection folio junior, 1997 pour mon édition, 1958 pour la première édition du texte).

« … reconnaît…

Sybil l’empêcha de poursuivre.

– Assez, assez, cria-t-elle. Je ne veux plus, je ne peux plus vivre dans cette folie.

Elle se retourna vers moi et toute secouée par un rire qui n’avait ni son ni sens, une sorte de rire blanc, elle s’écria :

– Savez-vous qui est ce King que ma fille attend jusqu’au soir et par qui elle se fait reconduire, et de qui son père reconnaît la voix ? Le savez-vous ?

Sybil reprit son souffle pour achever d’une voix stridente, hystérique :

– Un lion ! Oui, un lion ! Un fauve ! Un monstre ! »

Mes lectures 2019

Pour 2019, je m’étais fixé quelques objectifs dans mes lectures :

  • lire 60 livres au moins
  • que la moitié ou plus qui ne soient pas de la littérature jeunesse
  • dont 19 qui soient de ma PAL telle qu’elle était début 2019
  • lire plus d’autrices d’une manière générale donc essayer au moins d’arriver autour d’un 50/50.

Résultats :

  • J’ai lu 50 livres. Mais bon, j’ai eu un bébé, aussi.
  • Sur ces 50 livres, 26 étaient en littérature jeunesse. Donc 24 n’en étaient pas.
  • J’ai lu 14 livres de ma PAL de début 2019.
  • J’ai lu 15 livres écrits par des auteurs, 36 par des autrices (je sais, ça fait 51 mais l’un a été écrit par un binôme). Par contre, il y avait 14 auteurs différents mais seulement 16 autrices différentes. Et pour 24 de ces auteurs et autrices, c’était la première fois que je les lisais.

Je n’ai pas tout à fait atteint les chiffres que je m’étais fixés mais je n’en suis vraiment pas loin. Et surtout, je suis très contente de cette année de livres. J’ai réussi à diversifier mes lectures. Je garde beaucoup de littérature jeunesse mais d’une part, j’aime ça, et d’autre part, par mon travail, je me dois d’en lire. Je trouve que j’arrive à un équilibre qui me convient bien.

Côté autrices, je pensais qu’il faudrait que je m’applique à en choisir et finalement, la répartition s’est faite d’elle-même. Il faut dire que la littérature jeunesse reste un domaine dans lequel on trouve plus facilement de femmes. Une nouvelle fois, j’ai lu beaucoup de Marie-Aude Murail et de Robon Hobb. Il y a des amours qui ne se démentent pas !

Mes larmes de l’année vont à La Couronne du berger de Terry Pratchett. J’ai mis longtemps à me décider à m’y lancer mais il le fallait et maintenant, ça y est, je n’aurais plus jamais de nouveau tome des Annales du Disque Monde à lire. C’est un petit deuil que je continuerai de porter longtemps. (Oui, le mot est gros, mais si vous êtes lecteurs et lectrices, vous savez). Robin Hobb, également, m’en a arraché. Je l’ai retrouvée avec plaisir et il y avait quelque chose d’assez agréable à me plonger dans une nouvelle saga d’elle (Le Fou et l’Assassin) en attendant Popcorn alors que je la lisais déjà (La Cité des anciens) en attendant Peanuts. Elle m’aura accompagné par deux fois à la maternité dans les premiers jours de mes bébés. Dans les deux cas, je ne peux expliquer les larmes sans spoiler…

Plusieurs de mes lectures étaient offertes par des amies et elles ont touché juste A CHAQUE FOIS (parce que j’ai des amies FORMIDABLES). Merci merci merci Shaya, Eleusie, Ambre, Minka notamment, puisque vous, vous me lisez ici.

Je me suis ennuyée ferme, à l’inverse, dans La Guerre des clans, Le poids du papillon mais surtout, surtout, surtout, dans Les lettres de mon moulin. A l’inverse, j’ai eu plusieurs, beaucoup, plein !, de coups de cœur. J’ai mis les principaux en gras dans ma liste.

Pour l’année à venir, je garde plus ou moins les mêmes objectifs. Ma PAL compte 26 livres aujourd’hui et j’en ai 24 « prioritaires » dans ma liseuse. Je ne vais pas me fixer un nombre de livres pour l’année parce que finalement, ça me pousse plus à la quantité qu’à la qualité. Mais voilà mes objectifs :

  • Qu’au moins un tiers de ce que je lirai cette année vienne de ce qu’il y a dans ma PAL et ma liseuse aujourd’hui,
  • Que la littérature jeunesse ne soit pas plus de la moitié de ce que je lis
  • Qu’au moins un tiers des auteurs et autrices que je lis soit une découverte

Et vous, qu’avez-vous lu qui vaille le coup d’en parler cette année ?

  1. MURAIL, Marie-Aude. Papa et Maman sont dans un bateau. L’Ecole des loisirs, « Médium », 2009. 294 p.
  2. HEURTIER, Annelise. Envole-moi. Casterman, 2017. 261 p.
  3. OLAFSDOTTIR, Audur Ava. L’embellie. Editions Zulma, 2012. 336 p. #Kube
  4. HUNTER, Erin. La Guerre des clans, Cycle I, livre 1. Retour à l’état sauvage. Pocket Jeunesse, « PKJ », 2007. 305 p.
  5. TROPPER, Jonathan. Le Livre de Joe. 10/18, 2006. 411 p. #PAL #Eleusie_
  6. VIDAL, Séverine. CAUSSE, Manu. Nos Coeurs tordus. Bayard jeunesse, 2017. 223 p.
  7. CENDRES, Axl. Dysfonctionnelle. Sarbacane, « X' », 2015. 305 p.
  8. ERNAUX, Annie. Mémoire d’une fille. Gallimard, « Folio », 2016. 164 p. #Kube
  9. MARI, Silvana de. Le Dernier elfe. Albin Michel, 2005. 287 p. (sur la liseuse) #DameAmbre
  10. JI, Erwan. J’ai avalé un arc en ciel. Nathan, 2017. p. 62
  11. SHUA DUSAPIN, Elisa. Hiver à Sokcho. Gallimard, « Folio », 2016. 145 p. #Kube
  12. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin 1. J’ai Lu, 2014. 413 p. #PAL
  13. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin 2 : La fille de l’assassin. J’ai Lu, 2015. 442 p. #PAL
  14. HUSTON, Nancy. Instruments des ténèbres. Babel, 1996, 344 p. #PAL
  15. TOURNIER, Jacques. Jeanne de Luynes, comtesse de Verue. Gallimard, « Folio », 1984. #PAL
  16. BACH, Richard. Jonathan Livingston le Goéland. J’ai lu, 1970, 123 p. #PAL
  17. DE LUCCA, Erri. Le poids du papillon suivi de Visite à un arbre. Gallimard, « Folio », 2009. 81 p. #PAL
  18. WINTERSON, Jeanette. Les Oranges ne sont pas les seuls fruits. Points, « Signatures », 2013. 244 p.
  19. MURAIL, Marie-Aude. Le tueur à la cravate suivi de Comment naît un roman (ou pas) : Journal de bord du Tueur à la cravate. Ecole des Loisirs, « médium », 2010. 362 p.  #PAL
  20. CHEDID, Andrée. L’Autre. Flammarion, « Castor Poche », 1992. 269 p. #Celuiquej’aime #PAL
  21. SUTCLIFF, Rosemary. Le Pourpre du guerrier. Gallimard jeunesse, « Lecture junior », 1992. 307 p. #PAL #Celuiquej’aime
  22. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin tome 3 : En quête de vengeance. J’ai lu, 2015. #PAL
  23. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin tome 4 : Le retour de l’Assassin. J’ai lu, 2015. #PAL
  24. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin tome 5 : Sur les rives de l’Art. J’ai lu, 2018. #PAL
  25. HOBB, Robin. Le Fou et l’assassin tome 6 : Le destin de l’assassin. J’ai lu, 2019. #PAL
  26. Le ROMANCER, Frédérique. 3 bis, rue Riquet. Editions 84, 2019 #Minka
  27. MURAIL, Marie-Aude. Nils Hazard das Dinky Rouge Sang. L’Ecole des loisirs, 2019. 190 p. #UneAmie
  28. MANKELL, Henning. Les Chaussures italiennes. Seuil, « Point », 2009. 372 p. (Juillet) #PAL
  29. GRIMALDI, Virginie. Il est grand temps de rallumer les étoiles. Le Livre de poche, 2018. 376 p. #Shaya
  30. PRATCHETT, Terry. La couronne du berger : dernier livre des annales du Disque-Monde. L’Atalante, 2016. Sur la liseuse.
  31. MARI, Silvana de. Le Dernier orc. Albin Michel (sur la liseuse) #DameAmbre
  32. NIELSEN, Susin. Les optimistes meurent en premier. Hélium, 2017. 189 p. #DameAmbre
  33. MURAIL, Marie-Aude. Malo de l’ange 1. (Sur la liseuse)
  34. COUTURIER, Hélène. Trans Barcelona Express. Syros, 2018. 235 p.
  35. PEYRIN, Laurence. L’aile des vierges. Pocket, 2019. 479 p.
  36. FONTENAILLE, Elise. Un koala dans la tête .Éditions du Rouergue, 2006. 44 p.
  37. ARTWOOD, Margaret. La Servante écarlate. Sur la liseuse
  38. DELAPORTE, Florence. A quoi rêve Crusoé. Éditions du Rouergue, 2012. 119 p.
  39. HALLEUX, Martin de. L’inconnu du Pacifique. Le livre de poche, 2015. 120 p.
  40. FEREY, Caryl. La Dernière danse des Maoris. Syros, « Souris noire », 2011. 106 p.
  41. TURQUIN, Magali. Innocent. Editions du jasmin, 2008, 63p.
  42. DAHMAN, Myriam. Les chemins de l’école : Francklyn, Madagascar. Nathan, 2015. 70 p.
  43. VANNEAU, Anne Zoé. Mon père est un baobab. Oskar, 2010. 100 p.
  44. CHAUD, Benjamin. L’art à table. Hélium, 2016. 64 p. #Papa
  45. GRIPARI, Pierre. La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de le rue Brocca. Gallimard jeunesse, Folio junior, 2007. 134 p.
  46. MURAIL, Marie-Aude. Sauveur & fils saison 5. L’école des loisirs, « médium + », 2019. 309 p.
  47. DABOS, Christelle. La Passe-Miroir tome 4 : la tempête des échos. Gallimard jeunesse, 2019. 572 p.
  48. MOURLEVAT, Jean-Claude. L’enfant océan. Pocket jeunesse, « PKJ », 2006. 151 p.
  49. DAUDET, Alphonse. Les lettres de mon moulin.
  50. MOURLEVAT, Jean-Claude. Jefferson. Gallimard jeunesse, 2018. 270 p.