100 mots de la page 100 de…

L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante, édité chez gallimard en 2014, traduit de l’italien par Elsa Damien

« Cet épisode est resté gravé dans ma mémoire : j’expérimente pour la première fois la force d’attraction de mon corps exerçait sur les hommes, mais surtout je me rendis compte que Lila agissait comme un fantôme exigeant, non seulement sur Carmela mais aussi sur moi. Dans une circonstance comme celle-ci, si j’avais dû prendre une décision dans le désordre total de mes émotions, qu’est-ce que j’aurais fait ? Je serais partie en courant. Et si j’avais été avec Lila ? Je l’aurais tirée par le bras en murmurant « on s’en va » et… «