Poser

Si j’essaie de poser…

La mise en œuvre de notre projet immobilier me pèse. Le projet n’est pas très original en lui-même : vendre ici, acheter plus grand et un peu ailleurs.

Mais déjà, ça suppose de parler à plein de gens et de le faire pour beaucoup au téléphone. Agents immobiliers, banquiers, courtiers. Ça me coûte énormément, c’est une grosse source de stresse. Je peux devenir totalement débile au téléphone avec des inconnus et prendre un simple rendez-vous peut tourner à la torture.

Ensuite, plus on essaie d’avancer, moins les choses sont simples. On a demandé trois estimations différentes pour notre appartement et entre le sol de la fourchette la plus base et le plafond de la plus haute, la différence est tour de même de 40 000 euros.

Les trois agents s’accordent à dire qu’on ne devrait pas avoir de grosses difficultés à vendre, si on met en vente au prix qu’ils proposent. Donc on veut bien y croire.

Par contre, acheter ce qu’on voudrait avec le budget qu’on a, personne ne nous dit que c’est impossible mais ça relève du gros coup de bol. 4 pièces, c’est compliqué. 4 pièces dans un quartier un secteur scolaire qui nous conviendrait, c’est pas dans notre budget.

Il y a un quartier de la ville où ça pourrait rentrer. Au chausse pied, avec des négociations.

Mais ce quartier me fait peur. Essentiellement résidentiel, pas très bien desservi, j’ai PEUR de me retrouver isolée, dépendante de la voiture pour le moindre déplacement dans une ville qui est en train de rendre le déplacement en véhicule individuel compliqué. J’ai peur des mercredi seule avec les enfants coincées dans les 3 rues qui entourent l’appartement. Des journées de vacances où aller à la bibliothèque représente une épopée. Parce que notre quartier actuel a des défauts, dont celui de dépendre d’un collège classé rep +, mais il a l’avantage d’être facilement accessible… et facilement « quitable ».

Du coup, on est actuellement dans un entre-deux terriblement inconfortable : on essaie de partir sans savoir si on pourra, on se détache suffisamment de cet appartement (celui qu’on occupe depuis 8 ans, où sont nés nos enfants) pour envisager de le vendre, mais on ne peut pas s’en désinvestir complètement non plus parce qu’on va peut-être devoir y rester encore quelques années.

Tout cela est extrêmement stressant.

À côté de ça, il y a le boulot.

Cette année, je dois être inspectée. Plusieurs collègues pour qui c’était prévu ont leurs dates. Moi, pas encore. Et même si cela n’occupe pas chacun de mes gestes pro, ça tilte régulièrement dans ma tête.

Mais surtout, travailler sous la Direction actuelle me pèse de plus en plus. Je ne peux pas donner trop de détails mais mes choix (tout faire pour réussir à fonctionner, mener des projets, garder un CDI vivant, et ce parce que : les élèves) me vaut l’animosité de beaucoup dans l’équipe. J’y gagne d’être dans les petits papiers de ma cheffe qui… m’intimide au plus haut point. C’est un truc très instinctif, primaire, enfoui très profond en moi : quand je suis en sa présence, toutes mes fibres me crient « ne la contrarie pas, sinon elle va te bouffer ». Je lutte mais lui dire non me coûte énormément, chaque réunion planifiée s’inscrit dans l’agenda avec son lot de cauchemars dans les nuits qui précédent.

Et depuis la rentrée, des réunions, j’en ai eu au moins une par semaine.

Je manque de patience dans mon travail, mes relations avec la Vie Scolaire sont compliquées, je suis de plus en plus isolée.

Et à la maison, je n’aime pas la manière dont je suis maman, depuis de longs mois. Pendant les vacances, il y a eu du mieux mais là… Je n’ai pas la patience, je n’ai pas l’investissement. Le plus souvent, je traverse le temps que j’ai avec mes enfants dans l’attente du temps où je n’aurai plus à m’occuper d’eux. La sieste, le temps de télé, le coucher…

Voilà. C’est posé.

Et vu comme ça ben y a rien qui va.

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.