Estival

Ça y est, on peut partir le matin sans veste, sans manche. Ça y est, les moustiques se font un festin de nos peaux nues. Ça y est, c’est l’été.

Je me bats encore avec ma fin d’année, qui ne termine pas de terminer. Il ne reste pas tout à fait un mois, il n’y a déjà pas assez de temps pour faire et voilà qu’il y en a encore qui se rajoutent, comme ça, ça n’arrête pas, alors comme d’hab, on ne fera pas tout mais on fera ce qu’il fallait.

J’encaisse plutôt pas mal la diminution de mon traitement. Je pense qu’il sera temps de l’arrêter cet été. Laisser de côté la béquille, complètement.

Les enfants avancent, quoi qu’il arrive, ils poussent, ils grandissent, ils mûrissent. Popcorn et sa couture sur la peau du crâne, Peanuts et son trou tout neuf dans la dentition. Les loulous et leurs câlins, leurs bisous, leurs bavardages, et même leurs cris, leurs bêtises, leurs larmes. Ces deux-là…

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.