Voler

Le cours s’est terminé et Peanuts avait une idée derrière la tête.

– Est qu’on est obligé de passer chercher Papa et Popcorn ?

On a changé ses vêtements dans le coffre de la voiture.

– Tu voudrais aller où ?

– Dans la forêt !

– On n’a pas assez de temps. Tu vois les nuages qui arrivent ? On va arriver quand la pluie va commencer. On pourrait aller en ville. Acheter des masques avec des animaux dessus.

*Grimace*

– Ou jeter des galets dans la mer ?

– OHOUi !

Il a téléphoné à son père. Je ne sais pas ce qu’il lui a dit mais il a raccroché en me disant qu’on était libre de se balader tous les deux.

J’ai laissé la voiture dans un espace payant, même pas essayé de trouver une place libre ailleurs, ne pas se prendre la tête, on avait une course à gagner contre la pluie. On est entré dans la zone piétonne, un œil sur le môme, un œil sur le ciel, et le troisième sur l’heure.

– Tu as faim ? Je n’ai pas pris de goûter… Quand on voit une boulangerie on te prend un truc ?

– J’ai vu passer une dame qui avait une glace. Peut-être qu’on peut trouver un vendeur de glace ?

L’espoir tout enfantin dans la question.

– Ah, ça je sais où il y en a un !

On a cheminé en listant les parfums qui nous faisait envie puis en léchant nos crèmes glacées, on s’est assis sur les galets pour finir de grignoter nos cornets. On en a lancé un bon paquet dans la mer, plus ou moins loin, avec plus ou moins de réussite. Guettant toujours ciel qui grossissait. J’avais commencé à battre le rappel quand j’ai vu un premier éclair. Loin, mais on n’était pas à côté du parking. Peanuts a lancé la course. On a couru dans les rues, zigzagant entre les piétons, on a essayé de prendre les gouttes de vitesse parce que « Maman ! Attention ! Il pleut de la dynamite ! » On a finit en marchant quand même parce que bon, maman, elle est vraiment pas sportive. On est arrivé à la voiture à temps, ni vraiment mouillés, ni explosés.

C’était un moment volé à la morosité ambiante, à l’improvisade, un billet de dix et des clés de voiture en poche. Et ça m’a fait beaucoup de bien. De ne pas prévoir. D’avoir des solutions immédiates aux questions posées. Puis pouvoir être seule avec un enfant et que ça se passe avec fluidité. Oui, vraiment beaucoup de bien.

Une réflexion sur “Voler

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.