Souvenir menstruel

Pour un podcast, mon amie Minka propose de lui raconter un souvenir à propos de nos règles. Je l’enregistrerai mais du coup, j’ai bien envie de le passer d’abord par écrit.

Passé mes premières règles qui ont eu la bonnes idées de débarquer en plein été quand j’étais en vacances chez ma grand-mère (heureusement celle des deux qui a su gérer ça avec tact) et celles de mes années lycée qui me pliaient en deux de douleur pendant 48 heures malgré les doses de paracétamol de cheval que l’infirmière me filait illégalement et l’ibuprofen que je boulotais entre les cours, les règles dont je me souviens le plus, ce sont celles qui ne sont pas venues.

En avril 2014, j’avais arrêté la pilule depuis quatre ou cinq cycles. J’arrivais autour de la date fatidique et j’avais des symptômes qui ressemblait à s’y méprendre au syndrome prémenstruel. Des joyeusetés comme le moral au sous sol, le ventre tendu comme un string, la sensation de ne pas être allé à la selle depuis un mois, alors qu’en fait, c’était il y a euh ben quatre jours tout de même, et un appétit qui a probablement inspiré Rabelais. En général, ça durait deux à trois jours mais cette fois-là, point de saignements au quatrième jour. Ni au cinquième. Ni au sixième. Je me dirigeais doucement vers un retard significatif mais c’était le week-end et on avait un repas de belle-famille prévu et avec Celuiquim’accompagne, on a convenu que ce serait plus confortable de ne rien avoir à cacher et qu’il valait mieux attendre 48 heures de plus pour faire le test. Je crois être allé aux toilettes toutes les 45 minutes, persuadée d’avoir senti quelque chose couler ou inquiète de n’avoir rien senti, justement. Chaque fois, ne pas voir de sang était un petit moment de jubilation.

Le test était positif.

Maintenant, il a 6 ans, il sait lire et il me dit des choses comme « tu as été ma première maison » ❤️

Quelques années après, j’ai entamé les pires vacances de ma vie : un lieu où je n’avais pas envie d’être, avec une personne avec qui je n’avais pas envie d’être (ma belle-mère) (je sais, c’est un cliché mais que voulez vous…), et sur la route qui nous y emmené, des pertes alors que ça faisait presque un an qu’on essayait d’installer un habitant dans mon utérus. Je croyais que c’était mes règles. Ça y ressemblait à s’y méprendre. Le premier jour. Mais le lendemain, là où d’habitude le flux augmentait et où la sensation de pression dans mon ventre diminuait, c’est devenu étrange. Ça ressemblait à des règles mais pas à mes règles. J’ai eu des pertes pendant cinq jours mais ce n’était pas des règles. Les vacances ont été aussi pourrie que je le craignait. Même pire parce que je cachais à ma belle-mère que j’avais un colocataire et que j’avais le moral en dents de scie. Mais me balader seule dans la forêt en parlant à cette graine de bébé reste un de mes meilleurs souvenirs de grossesse. C’était il y a un peu plus de deux ans. Il fêtera son anniversaire fin avril.

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.