Extrait

« Quand j’ai senti l’enfant arriver, comme si une planète se déplaçait dans mon corps, comme si je n’étais rien d’autre qu’un ciel lourd de pluie prêt à se déchirer, je me suis mise à rugir et mon cri était comme le tonnerre qui foudroie la terre un soir d’orage et le ciel subitement s’est ouvert. C’est là que j’ai donné naissance à un premier enfant, là, au milieu des sillons, sur la terre noire de nôtre potager et cet enfant était pareil à une graine chaude, vive et palpitante. J’ai inspiré son odeur et tous les parfums des montagnes et des bois, et celui plus ancien encore des hommes et des bêtes qui un jour avait vécu là et une nouvelle planète a roulé dans l’obscurité de mon ventre. »

SERVANT, Stéphane. Félines. Rouergue, « Epik », 2019. pp. 368-369

Couverture du livre représentant une créature mi humaine mi féline avec un capuche

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.