Je ne peux pas m’en empêcher. Je reviens aux images, encore et encore. J’essaie de comprendre comment de l’eau (de l’Eau) peut faire cela. Même si quelque part très loin dans mon ventre quelque chose me dit qu’on sait. Des générations d’être humains, celles qui m’ont précédée, cette mémoire de l’espèce.

Dévastés. Les villages, les routes. Les maisons entières emportées ou laissées perchées au dessus du vide. Mon imagination remonte dans les montagnes, le long des sentiers, des pierriers. Rien de tout cela n’existe plus, sans doute.

Les infos. Les coupures d’électricité. D’eau. Les distributions. Une bouteille par personne. Une seule ! Un homme qui a rempli des sceaux à une cascade. Pour le vaisselle, se brosser les dents. Les repas froids, un chandelier posé sur la table de la cuisine.

Depuis les hélicoptères, journalistes et secours filment les lits béants, éventrés, cicatrices suintante de boue. Les arbres, troncs, branches, empilés le long des ponts comme l’ouvrage de castors fous.

Je couve un cri muet, une plainte, une peur. Et dehors, encore, la pluie tombe.

4 réflexions sur “

  1. Coucou Dame :)
    Oui, blessures. Mais essentiellement humaines et matérielles.

    Une nuit je me suis retrouvée au milieu d’une tempête folle (bien à l’abri dans une maison) sur Nantes il y a beaucoup d’années en arrière dans le temps (1999 je crois ? Elle avait été dévastatrice). Et j’ai entendu la Terre. J’ai entendu le chant (vraiment, c’était un chant) le chant de la Terre, le chant de la nature, le chant des arbres.. ils ne luttaient pas contre la tempête, ils l’accompagnaient, ils en faisaient partie intégrante. C’était.. une merveille. Je n’ai jamais su « raconter », ce n’est pas transmissible en mots. Dehors la tempête a ravagé les arbres, les habitations, c’était un carnage,.. je ne me serais jamais attendue à ce que la Terre chante et soit à l’unisson de cette tempête. Depuis cette nuit-là, je perçois ces évènements d’une manière différente.. je crois que nous avons perdu ce lien d’abandon total à la nature, de suivre le courant.. est-ce que tu vois ?
    D’un point de vue purement humain il y a des morts, des dégâts terribles nous laissant complètement démunis. S’en relever va nous demander bien plus de temps qu’à la Nature elle-même.

    J'aime

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.