Encore

Et voilà qu’hier à nouveau je n’ai rien posté. Pourtant, j’avais. Des mots, des photos. J’y ai pensé dans la journée et je ne l’ai pas fait. Pas de réseau, interrompue, je ne sais plus. Vivre ici ne me réussit pas.

J’étais allongée dans mon lit, en compagnie littéraire de la libraire de la place aux herbes, avec la ferme intention de terminer les 2 chapitres qui me restaient, quand mon ventre a commencé à se tordre. J’ai essayé le l’ignorer, progressant dans ma lecture, puis je n’ai plus pu. Je suis allé aux toilettes, toujours avec mon livre. Puis les mots ont commencé à sauter sur la page. Je n’avais pas tremblé depuis mars, la fièvre, l’état grippal. Pas une fois, pas une crise, mon épilepsie se tenait à carreaux. Vivre ici ne me réussit pas.

Je me suis réveillée plein d’idées dérangeantes, forcément issues de mes rêves de cette nuit sans que je me souvienne d’eux. Déjà hier et puis la veille et sans doute l’avant veille. Mes nuits se peuplent des inquiétudes de rentrée, les classiques et les nouvelles sponsorisée par l’épidémie et l’accompagnement… léger, dirais-je (hum) de notre ministère, mais d’autres choses également, plus sombres. Vivre ici ne me réussit pas.

J’ai atteint ce point où quoi qu’elle dise, je suis agacée. Peu importe les mots, je suis agacée. Au-delà des mots, ses soupirs m’agacent, son agitation m’agace, sa manière totalement désorganisée de faire la vaisselle m’agace, les horaires où elle allume la télé m’agace, son vide m’agace. Je ne supporte pas qu’elle soit là. Ou plutôt que j’y sois, moi. Vivre ici ne me réussit pas.

On part demain. Demain parce que Peanuts reste ici, lui, encore une semaine. Qu’il veut chaque jour possible avec nous, entier. On l’a déjà beaucoup confié en juillet, on comprend qu’il ne tienne pas à renoncer à des jours de plus avec nous. Je culpabilise de le laisser ici. Je ne peux plus revenir sur cette organisation prévue de longue date sans créer un énorme shitstorm dont je paierais le pris sur de longs mois voir plus. La louve en moi est comme éteinte. Vivre ici ne me réussit vraiment pas.

2 réflexions sur “Encore

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.