Au feu

On a grillé trop d’énergie pendant le confinement. On a paré à l’urgence, on a lâché prise sur plein de choses, on a mis en place des activités qu’on n’avait jamais faites et qu’on ne referait pas ensuite. On n’a pas beaucoup réfléchi à l’après, il fallait gérer le maintenant et c’était déjà suffisamment compliqué comme ça.

Ce « on », ce sont les parents d’enfants en âge ben euh d’avoir besoin de leurs parents pour avoir des activités sans un adulte on va dire. Ça fait du monde.

On nous a dit que ça durerait deux semaines. On n’y croyait pas. On ne croyait sans doute pas que ça durerait trois mois.

Et on ne savait pas que ce serait encore plus long, que l’école reprendrait en pointillé, voire pas, qu’il faudrait négocier avec nos modes de garde, nos employeurs, que le déconfinement serait une telle galère. On jongle, les emplois du temps sont aléatoires, chaque déclaration d’un ministre ou de sa sainteté Jupiter apporte son lot de changements et de questions auxquelles il faut plusieurs jours pour avoir les réponses.

Les parents ne sont pas vraiment déconfiné.e.s, iels télétravaillent encore pour beaucoup ou ratent des journées de travail pour garder leurs enfants, iels s’arrangent, c’est là sans doute le verbe du déconfinement, avec des amis, la famille, les grands-parents parce que risque sanitaire ou pas, on a vraiment besoin d’elleux.

Et iels se consument.

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.