28 mai. Aujourd’hui pris entre deux

Elles sont fatigantes, ces journées au travail. Et étranges. Travailler dans un CDI dont on ne sait pas quand il accueillera de nouveau des élèves. Ranger, trier, désherber, inventorier. Ne pas entendre l’établissement ronronner, pas de cris dans la cours, pas de chaises qu’on racle au sol. Les salles les plus proches sont inoccupées, les récréations courtes et surencadrées.

Malgré l’étrangeté, j’y vais avec envie et enthousiasme. En même temps que je fuis mon chez moi avec tout autant d’énergie.

Dans ce CDI sans élève, j’ai des centaines de tâches de gestion à mener. Enfin, deux dizaines qui se déclinent en des tas de petites. Et je peux me faire en silence. Sans être interrompue. Je peux même penser.

J’aime mes enfants jusqu’au bout de moi même et au delà mais bon sang, que c’est bon de ne pas être avec eux.

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.