De l’enfance

Dans nos mercredis, il y a de plus en plus de l’enfant en moi. Aujourd’hui, l’enfant grand a demandé « Et si on allait faire un petit pique-nique au parc ». Maman Louve a refusé, son petit grand est convalescent, son petit petit aussi et le Grand Dehors est trop incertain dans les températures. Mais Moi l’Enfant a proposé un pique-nique dans le salon. On a sorti la nappe, on s’est installé au sol, on a mangé avec les doigts, au soleil s’invitant pas la fenêtre.

Plus tôt, on a joué ensemble à monter un très grand circuit et à faire tourner les trois trains. Les piles s’usant, ils n’allaient pas tous à la même vitesse alors on a jonglé, rajoutant à l’un des wagons retiré à l’autre mais peine perdue alors on a poursuivi et crié « accident ! », « attention ! », « Ouf ! sauvé ! » selon les cas, puis on a mis la plus lente sur une voie de garage et la plus rapide est tombé du pont, ce qui a fait rire mon louveteau aux éclats. Ce circuit de train , je le sais depuis que je l’ai mis sur sa liste d’anniversaire, c’est celui que je n’ai jamais eu, celui qui répare un truc à moi d’il y a bien longtemps. J’arrive à jouer avec l’enfant et non avec le train, pourtant. Mais tout de même, ça parle à celle-là qui n’a jamais totalement grandi en moi.

Un enfant dont on ne voit que les jambes et un bras joue avec un circuit de train en bois assis sur un parquet