Encore

Voilà, je suis rentrée.

A la maison et au collège.

Un mois de balades, de gens vus, de paysages, de routes, de Peanuts qui grandit, de nous. De bonnes vacances, celles qui permettent de décrocher, qui font qu’on rentre chez soi avec la sensation d’être partis depuis des mois.

Deux mois loin du collège, même si les cours préparés, les projets alimentés, les bidouillages de bases à distance.

Je suis retournée au collège avec cette facilité des meilleures années. Je suis une vraie ancienne, maintenant, de celles qui ont vu passer 4 Chefs, 5 adjoints, et accueillis de très nombreux nouveaux visages. Ça me va, je me sens bien à connaître tant de choses par cœur, à embrasser le CDI du regard une fois et repérer ce qui ne va pas, les surprises de l’été.

Ce soir, je suis un peu sonnée. Le collège, c’est une sorte de tourbillon, un peu. Beaucoup. Et ce soir, je suis seule chez moi, l’enfant loup et mon amoureux prolongeant un peu leurs vacances à eux. Le contraste donne un peu de tournis.

A moins que ce ne soit cette ensemble de hâte. Hâte de retrouver ma tribu demain. Hâte de remettre en place le CDI lundi, de savoir qui sera la maîtresse de Peanuts, s’il est dans la classe de cette gamine qu’il adore mais qui ne se comporte pas toujours bien avec lui. Hâte de mon premier cours avec cette classe thématique qu’on a obtenue cette année. Hâte de voir comment fonctionne ma progression modifiée. Hâte que vendredi prochain soit là, aussi. Hâte de notre premier week-end à se retrouver ensemble après une semaine de travail pour les uns, école pour, euh, ben les autres puisque je n’ai pas totalement quitté l’école. Hâtes.

J’aime bien les débuts d’année et leurs promesses. C’est sans doute aussi pour ça, que j’ai voulu être prof. Ce rythme de vie qui t’offre cela, de cette manière, quasi cérémoniale.

Well, la tête qui tourne un peu. Mais je me sens bien.