Partir, rentrer, reprendre

Elle n’est pas venue, cette crise que j’appréhendais. Elle ne s’est pas totalement faite oublier tout de même. Je l’ai sentie, sous ma peau, trois fois. Assez pour ne pas me permettre d’imaginer qu’elles puissent avoir disparu. Suffisamment peu pour que je ne m’en inquiète pas trop.

On est donc parti. Jusqu’à la dernière minute, on n’était pas sûr de pouvoir, un truc de la famille des pas-grave-mais-faut-s’en-occuper-mais-s’en-occuper-le-week-end-c’est-compliqué. Mais on est parti.

On a dormi dans des hôtels, l’Enfant Cahouette dans un lit haut qui l’a ravi, on a vu des amies chères à mon cœur puissance dix, ma vieille tante qui est si vieille qu’elle est en fait ma grand-tante, mes parents, mon oncle que j’adore, des gens qui m’ont vue grandir, on a également vu des vaches mais Peanuts est déçu car elles n’ont pas fait meuh, des poules dont on a mangé les oeufs à peine pondus à la coque et là, c’est Peanuts qui a fait mmmmh, des tracteurs, une moto, des champs jaunes et verts à perte de vue, une cathédrale, une tour, des kilomètres de routes et d’autoroute, des montagnes, de la neige attachée sur une ligne de crête comme une funambule, on a mangé dans des tas d’endroits différents, parfois comme c’était prévu, parfois comme ça ne l’était pas, on a passé du temps avec notre fils, ensemble et séparément, il a fait des trous dans le jardin, planté des choses, goûté des tripes, conduit un tracteur à l’arrêt, touché des vaches, une vrai et une en plastique, reçu des livres en cadeaux, plusieurs, lus des tas de livres dont ses cadeaux, il s’est fait porté, il a couru, pédalé, réclamé, négocié, découvert, parlé de mieux en mieux, et on a profité.

Jusqu’au bout.

Jusqu’à un arrêt impromptu, sur la route du retour, « et si on sortait là ? », dans une ville qu’on pourrait dire des nôtres, où j’ai dansé, longuement, avec l’Enfant Loup, ivre de rire, au son d’une trompette de rue, un peu jazzie, sur un des parvis les plus touristiques de France.  Encore, Maman, encore ! Jusqu’à hier, la balade en librairie.

On a cette sensation d’être partis très longtemps et très loin alors que ce n’était pas si l’un et pas tant l’autre mais tout de même. C’était le break dont on avait besoin, de ceux qui rechargent les batteries. Pourtant, on a fait plein de choses, on ne s’est pas tant posé. Peut-être est-ce là, l’équilibre dont j’ai besoin pour rester sur le fil sans me faire faucher par les crises.

Maintenant, on reprend pied en douceur. J’ai enregistré des notes, vérifié mon cahier de texte en ligne, répondu à des mails, j’ai préparé ma lettre de veille, teint les cheveux en rouge, vérifié des piles de copie, préparé une mini exposition sur Mai 68.

Demain, je suis profdoc.

Peanuts s’est essayé plusieurs fois à la photo pendant les vacances. Ici, portrait de son père faisant la vaisselle.

4 réflexions sur “Partir, rentrer, reprendre

  1. C’est un peu pareil ici et pourtant on n’est pas partis, mais on a fait des tonnes de choses qu’on ne fait pas d’habitude et ça nous a ressourcés profondément. :-)

    J'aime

  2. Il m’est complètement impossible de cliquer sur « j’aime », il refuse de l’enregistrer (et ce, sur deux navigateurs), je suis frustrée.. Je vais donc continue de te lire, avec un peu plus de silence encore <3
    Elles étaient belles tes vacances :)

    J'aime

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s