Le fêter

On s’est réunis, on s’est installé set on l’a fêté. Lui, d’être là, depuis un an (moins quatre fois rien), parmi nous. Hésitant les premières minutes, il a vite adopté la situation, papillonant de l’un à l’autre pour aller chercher câlins, chatouilles, encouragements et félicitations pour ses efforts du moment en matière de verticalité. Il a montré des trésors d’ingéniosité pour se faire comprendre de tous. J’ai appris combien il communique avec les autres différemment d’avec moi, s’explicitant davantage là où nous fonctionnons sur une sorte de connexion.

Il a rit et joué, il a déballé les paquets en s’intéressant au rubans, aux déchirures et aux bruits de papiers froissés, il a levé les bras au dessus de sa tête, geste récent qui montre qu’il est content et qu’il destine le plus souvent à mon arrivée le soir à la crèche. Il a tourné parmi tous pour réclamer des morceaux de gâteaux dans chaque assiette alors qu’il avait la sienne, il a fait honneur à mes efforts culinaires.

On a parlé de lui, puis de tout et de rien, pas des élections d’aujourd’hui même si on est tous d’accord, on a bu du champagne et je n’ai cassé aucune coupe, on a soufflé la bougie pour lui mais il en avait une. On a passé un moment agréable et détendu.

Puis tous s’en sont allé, Celuiquim’accompagne a rangé le joyeux bazar pendant que je baignais un Peanuts encore tout effervescent de sa fête.

– Tu es contente ? ça s’est bien passé.

– Oui, Peanuts a vraiment passé un bon moment, c’était la priorité, et nous tous aussi ce qui ne gâche rien. Je suis heureuse.

– Tu vois, pour moi, c’est comme ça que doit se passer une fête d’anniversaire.

– Pour moi aussi. Et on pourra lui raconter comme un franchement vrai bon souvenir.

Ce matin, je me rappelle qu’il y a un an, je passais l’après-midi chez une amie, le ventre tendu vers l’infini, pariant sur plusieurs semaines de matriochka encore. Je regarde la guirlande « joyeux anniversaire » encore accrochée au salon et je souris. La nuit a été dure, on a tous les trois changé de lit à un moment ou à un autre, je dois cumuler au mieux 5h30 de sommeil et n’arrive pas à profiter qu’ils dorment tous les deux pour alimenter un peu le compteur. Mais on a réussi cette fête d’anniversaire, sans extravagance, sans un de ses magnifiques gâteaux qui peuplent ma TL, sans mettre toutes nos forces dans quelque chose qui n’aurait pas eu de sens. C’était un anniversaire qui nous ressemble. Et même si ça ne règle pas ma dette de sommeil, je me sens bien.

4 réflexions sur “Le fêter

Turn to jabber !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.